Wikipédia:Lumière sur

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Principe

Cette page est consacrée à l’organisation et à la maintenance du cadre Wikipédia:Lumière sur de la page d’accueil de Wikipédia. Celui-ci est rempli par l’appel de la page correspondante, dont le contenu est renouvelé quotidiennement de façon automatique.

Deux principes sont à retenir :

  • Les articles présentés dans les différents cadres sont ceux qui ont d’ores et déjà été promus aux labels « Articles de qualité » et « Bon article ».
  • Il convient d’éviter de mettre plus de 400 mots (200 mots chacun pour les Lumière sur paraissant en duo, typiquement pour les articles promus BA) dans les cadres afin de maintenir l’équilibre des colonnes sur la page d’accueil, où ces cadres sont transclus. Si nécessaire, ajoutez à la fin le code {{Clr}} afin d’éviter que l’éventuelle image ne déborde du cadre.

Aujourd’hui dimanche 18 février 2018

Premier portrait connu de William Wordsworth à 28 ans, par William Shuter.

Les Poèmes de Lucy (en anglais The Lucy Poems) est une série de cinq courts poèmes composés entre 1798 et 1801 par le poète romantique anglais William Wordsworth (1770-1850). Quatre d'entre eux sont d'abord publiés dans la deuxième édition des Ballades lyriques en 1800, recueil écrit en collaboration avec Samuel Taylor Coleridge (1772-1834), qui constitue à la fois la première œuvre majeure de Wordsworth et marque le début du courant romantique anglais.

Dans cette série, Wordsworth a cherché à écrire des strophes d'une grande pureté stylistique sur ses visions fugitives et abstraites de la beauté, de la nature, de l'amour, du désir et de la mort. Elles sont composées en un temps relativement court pendant un séjour du poète en Allemagne en compagnie de son ami Coleridge et de sa sœur Dorothy. Cependant, l'éloignement de Coleridge, parti pour une autre région moins austère, le plonge dans une profonde tristesse qui aurait été l'une des raisons l'ayant poussé à écrire les Poèmes de Lucy.

Encore que varient les interprétations, le thème principal de l'ensemble semble concerner l'amour du narrateur pour le personnage idéalisé de Lucy, morte dans sa prime jeunesse. L'idée de la mort pèse sur la séquence, l'imprégnant d'une tonalité à la fois mélancolique et élégiaque.

Nul ne sait si la figure de Lucy est inspirée par une personne réelle ou émane seulement de l'imagination du poète ; généralement réservé sur ces poèmes, Wordsworth n'a jamais révélé les détails de son origine ou de son identité. Certains critiques pensent que Lucy s'inspire de Dorothy, tandis que d'autres la considèrent comme un modèle littéraire sur lequel Wordsworth a voulu expérimenter, méditer et réfléchir.

Les Poèmes de Lucy comprennent, dans l'ordre Strange fits of passion have I known (« J'eus plus d'un étrange délire »), She dwelt among the untrodden ways, (« Elle demeurait le long de chemins que nul n'empruntait »), I travelled among unknown men (« Avant de voyager sur terre vers de lointains sommets »), Three years she grew in sun and shower (« Parmi les libres monts, elle grandit à la pluie, au soleil ») et A slumber did my spirit seal (« Un sommeil scellait mon esprit »).

Bien que présentés groupés dans les anthologies modernes depuis sa mort en 1850, Wordsworth ne les a pas conçus ni publiés comme une suite. Dans ses préfaces des éditions de 1798 et de 1800 des Ballades lyriques, il les décrit comme « expérimentaux » et les révise constamment entre 1798 et 1799, modifiant leur visée thématique.

Programme du mois

Jeudi 1er février 2018

L'empreinte du fossile dessinée par Georges Cuvier (1812).

Palaegithalus cuvieri, initialement décrit sous le nom de Sitta cuvieri, est une espèce fossile d'oiseaux datant de l'Éocène supérieur, soit datée d'environ 34 à 37 millions d'années. Ce petit oiseau aux longues pattes est formellement décrit par Paul Gervais en 1852, à partir d'un « ornitholithe » trouvé en 1781 dans les carrières de Montmartre et précédemment étudié par Robert de Lamanon, Alberto Fortis et Georges Cuvier, l'épithète spécifique étant dédiée à ce dernier.

Le taxon est d'abord placé par Gervais dans le genre Sitta (les sittelles), mais son appartenance au groupe des Sittidae est ensuite contestée. Transféré un temps chez les Paridae ou chez les Motacillidae, il semble en réalité ne même pas appartenir à l'ordre des Passeriformes (les passereaux). Si son placement systématique est encore aujourd'hui incertain en raison du mauvais état du fossile, l'espèce est tout du moins placée dans un genre propre, Palaegithalus, lui-même placé dans sa propre famille des Palaegithalidae ou rapproché des Sylphornithidae, un groupe de l'Éocène proche de la racine de l'ordre des Piciformes et dont les membres sont caractérisés par un tarso-métatarse extrêmement long et fin.

Vendredi 2 février 2018

Voiture en flammes à Strasbourg, en 2005.

Les émeutes urbaines en France sont des violences urbaines généralement définies comme un trouble à l'ordre public violent et collectif, avec une coordination minimale, dans des banlieues des grandes agglomérations françaises à partir de la fin des années 1970.

En 1979, la première émeute urbaine française considérée comme telle a lieu à la Grappinière, près de Lyon. La première couverte par des médias d'envergure nationale se déroule en 1990, toujours en banlieue lyonnaise, et marque le début des émeutes dans le reste de la France, et en particulier en Île-de-France. Les plus médiatisées à ce jour sont les émeutes de 2005 dans les banlieues françaises, exceptionnelles par leur durée et leur ampleur.

Ces violences urbaines ont donné lieu à des réactions politiques et sociales : politique de la ville, opérations de rénovation urbaine, création des zones urbaines sensibles, entre autres. Elles ont aussi fait l'objet de nombreuses analyses sociologiques visant à identifier les causes communes aux troubles, à commencer par le « malaise des grands ensembles ».

Samedi 3 février 2018

Un B-58 en vol.

Le Convair B-58 Hustler est un bombardier américain des années 1960, le premier capable d'atteindre une vitesse de Mach 2. Il se caractérise par une aile delta, sous laquelle sont accrochés ses quatre turboréacteurs, et par un énorme conteneur largable situé sous le fuselage. Développé pour le Strategic Air Command (SAC) de la United States Air Force (USAF), il est conçu pour voler à haute altitude et à grande vitesse pour éviter les chasseurs soviétiques. L'introduction des missiles surface-air le force à un rôle de pénétration à basse altitude qui limite sérieusement son rayon d'action et son importance stratégique. Sa carrière opérationnelle est par conséquent courte (de 1960 à 1969), et son rôle repris par d'autres appareils supersoniques dits avions de pénétration, comme les F-111 Aardvark et B-1 Lancer.

Le B-58 connait une certaine notoriété du fait de son bang supersonique, souvent entendu par le public lors de passages en vitesse supersonique.

Dimanche 4 février 2018

Ammianus Marcellinus, édition Accursius, Augsbourg, 1533.

Ammien Marcellin (en latin, Ammianus Marcellinus), né vers 330 à Antioche sur l’Oronte, mort vers 395 (au plus tard en 400) probablement à Rome, est l’un des plus importants historiens de l’Antiquité tardive avec Procope de Césarée. Quoique d’origine grecque, il a écrit en latin et a été le dernier grand historien de l'Antiquité à utiliser cette langue. C’est aussi l’un des derniers auteurs païens d’importance.

Son œuvre principale, Res gestae, couvre la période de 96 à 378 ap. J.-C. Seule la partie correspondant aux années 353 à 378 a été conservée ; elle traite de la période où commencent les grandes invasions, qu’il vit comme militaire sous les empereurs Constance II et Julien. Partie la plus détaillée de l’œuvre, elle comprend dix-sept des trente et un livres des Res gestae originelles. Il s’efforce d’être objectif, bien que certaines de ses positions soient clairement exprimées. Il juge sévèrement le règne de Constance II, mais manifeste une grande admiration pour Julien. Son œuvre demeure une source essentielle pour comprendre le IVe siècle.

Lundi 5 février 2018

Black Allan à l'élevage de James Brantley, vers 1905.

Black Allan ou Allan F-1 (1886 - 1910) est l'étalon fondateur de la race de chevaux américaine Tennessee Walker. Il est le fils d’une jument de race Morgan nommée Maggie Marshall, et d'Allendorf, un étalon descendant de la lignée d'Hambletonian 10. Black Allan a été enregistré sous le no 7623 par l’American Trotting Registry (registre du trot américain). Bien qu'il soit censé être un trotteur, il avait une préférence pour l'amble et n'a de fait jamais brillé en courses, utilisant l'allure désormais connue sous le nom de running walk.

Black Allan est un étalon noir, toisant 1,52 m de haut. Il a reçu le nom de Allan F-1 lorsque la Tennessee Walking Horse Breeders' Association, précurseur de la Tennessee Walking Horse Breeder's and Exhibitor's Association, a été créée en 1935. Il a eu plusieurs propriétaires tout au long de sa vie, mais ses derniers propriétaires, James Brantley et Albert Dement, ont été les seuls à le reconnaître comme reproducteur. Il a engendré au moins 40 poulains connus. Parmi eux, Roan Allen figure sous le numéro d'enregistrement F-38, Hunter Allen sous le F-10 et Merry Legs sous le F-4. Black Allan meurt le , à l'âge de 24 ans.

Mardi 6 février 2018

Boeing 757-200 d'Icelandair en approche finale.

Le Boeing 757 est un avion de ligne moyen-courrier biréacteur à fuselage étroit produit par Boeing Commercial Airplanes de 1981 à 2004. C'est le plus grand avion passagers monocouloir de cet avionneur. Prévu pour remplacer le triréacteur Boeing 727 sur des itinéraires courts et moyen-courriers, le 757 a une plus grande capacité (200 à 289 passagers) sur une distance maximale de 5 830 à 7 600 km, selon la version. Il est équipé de deux réacteurs à double flux, d'un empennage conventionnel et, pour réduire la traînée aérodynamique, d'un profil de voilure supercritique. Les deux membres d'équipage disposent d'une planche de bord tout écran. Les pilotes peuvent obtenir une qualification de type commune au 757 et au Boeing 767 à fuselage large, les deux appareils, conçus en même temps, ayant des caractéristiques communes.

Le 757 est produit en deux longueurs de fuselage, les versions 200 et 300. Le 757-200 originel entre en service en 1983 suivi, vers la fin des années 1980, par le 757-200PF, version cargo, et le 757-200M, un modèle combi passagers-fret. Le 757-300 allongé, le plus long biréacteur à fuselage étroit jamais produit, est mis en service en 1999. Quelques 757-200 en version passagers seront modifiés au standard transport de fret exceptionnel ; les dérivés militaires comprennent une version transport, le C-32, une version VIP (transport de personnalités) et d'autres appareils polyvalents. Quelques 757 ont aussi été adaptés pour la recherche ou par des opérateurs privés ou gouvernementaux. Tous les 757 sont motorisés par les séries de turboréacteurs à double flux Rolls-Royce RB211 ou Pratt & Whitney PW2000.

Le 757 entre en service commercial chez Eastern Air Lines et British Airways. Il succède aux avions de ligne monocouloirs de la génération précédente sur les itinéraires nationaux de courts et moyens courriers, les navettes et les vols transcontinentaux aux États-Unis. Il obtient la certification ETOPS en 1986 et peut alors être utilisé sur les routes transocéaniques. Les principaux clients du 757 sont les grandes compagnies aériennes américaines, les compagnies charter européennes et les compagnies cargo. Depuis sa mise en service et jusqu'en , l'avion a subi huit accidents avec perte de l'appareil, dont sept mortels.

La production du 757 prend fin le avec un total de 1 050 appareils construits pour 54 clients, soit un bilan plus modeste que le 727. Le 757-200, construit en 913 exemplaires, est de loin le modèle le plus répandu. L'avion n'a pas de successeur direct en raison de la préférence des compagnies pour des avions monocouloirs plus petits issus la famille Boeing 737. Le dernier 757 est livré à Shanghai Airlines le . En , 689 appareils sont en service.

Mercredi 7 février 2018

Peinture murale au monastère de Ghélati.

Bagrat III d'Iméréthie (en géorgien : ბაგრატ III ; né le et mort en 1565) est le second roi indépendant d'Iméréthie, un des trois royaumes géorgiens se partageant le pouvoir sur la Géorgie depuis 1490. Il est membre de la dynastie des Bagratides, au pouvoir dans le Caucase depuis le IXe siècle.

Bagrat III arrive au trône à l'âge de 15 ans suite à la mort de son père. Jusqu'à la fin de son règne, il doit faire face à de nombreuses invasions de l'Empire ottoman, dont celles de 1512, 1543, 1545 et 1549. Ces invasions mènent à une large destruction de son royaume et au début de la fin d'un royaume fort en Géorgie occidentale. Alors qu'à l'apogée de son règne, Bagrat contrôle de larges territoires, il perd progressivement le contrôle de l'Abkhazie, du Samtskhe et, vers la fin de son règne, des principautés fortes de Gourie et de Mingrélie. Ses combats contre ses vassaux ne résultent en rien et, après 55 ans de règne, son royaume est réduit à sa capitale, Koutaïssi, et quelques provinces agricoles.

Bagrat III est connu pour ne pas s'être converti à l'islam, contrairement aux autres rois géorgiens de l'époque. Il pousse la construction de nouvelles églises et augmente l'influence du Catholicossat d'Abkhazie. Il est également connu pour avoir interdit l'esclavage, une pratique qui décime l'économie agricole de son royaume.

Jeudi 8 février 2018

Caricature du quotidien français Le Petit Journal : profitant de l'annexion du condominium austro-hungaro-ottoman, Ferdinand de Bulgarie proclame l'indépendance de sa principauté, jusqu'alors nominalement placée sous suzeraineté ottomane.

La crise bosniaque met aux prises les grandes puissances européennes les unes avec les autres durant l'automne et l'hiver 1908-1909. L'annexion formelle par l'Autriche-Hongrie des vilayets de Bosnie et d'Herzégovine en octobre 1908 constitue l'élément déclencheur de cette crise diplomatique.

Les deux circonscriptions, appartenant nominalement à l'Empire ottoman, sont administrées depuis 1878, au nom du sultan ottoman, par la double monarchie, conformément aux décisions du congrès de Berlin. Ces dispositions limitent le droit d'occupation à 30 années et garantissent les droits souverains du sultan. Au cours des 30 années suivantes, les dirigeants de la double monarchie mènent une politique visant à rendre irréversible la tutelle austro-hongroise sur ces territoires, qui relèvent du ministre commun austro-hongrois des finances.

En 1908, au terme de la période d'occupation prévue en 1878, la révolution des Jeunes-Turcs et la politique menée par la Serbie depuis le coup d'État de mai incitent l'Autriche-Hongrie à modifier le statut international des vilayets en procédant à leur annexion formelle, comme les accords secrets conclus en 1881 et 1884 avec le Deuxième Reich et l'Empire russe le lui permettent. Cette modification de statut, couplée avec l'érection de la principauté de Bulgarie en royaume indépendant, crée les conditions d'une crise internationale majeure. Ainsi, une fois la Russie circonvenue à Buchlau le 16 septembre, la Serbie, malgré son isolement diplomatique, refuse, dans un premier temps, de reconnaître la modification du statut des anciens vilayets occupés. Au terme de plusieurs mois de tensions diplomatiques, le royaume de Belgrade, isolé, abandonné par ses alliés, se trouve obligé, le 31 mars 1909, dans un second temps, d'accepter les termes de la note austro-hongroise sommant son gouvernement de reconnaître le changement de statut international du condominium austro-hongrois.

Vendredi 9 février 2018

Logo du jeu.

Banjo-Kazooie est un jeu de plates-formes en trois dimensions développé par Rare et édité par Nintendo en 1998 sur Nintendo 64. C'est le premier jeu de la série Banjo-Kazooie, qui relate l'histoire de Banjo, l'ours, et de son amie Kazooie, l'oiseau, luttant contre la sorcière Gruntilda qui a kidnappé la sœur de Banjo, Tooty, pour lui voler sa beauté. Le jeu comporte neuf niveaux non linéaires dans lequel le joueur doit utiliser le large éventail de capacités des personnages pour récolter des pièces de puzzle et des notes de musique. Le jeu propose des mini-jeux tels que résoudre des énigmes, sauter par-dessus des obstacles, collecter des objets et vaincre des adversaires.

Le jeu est au départ le projet Dream, un jeu d'aventure développé sur la Super Nintendo avec la technique appelée ACM, utilisée sur la série des Donkey Kong Country. Le projet est alors déplacé sur la Nintendo 64 qui vient d'être mise au point par Nintendo, puis le jeu évolue progressivement vers Banjo-Kazooie, un jeu similaire à Super Mario 64, auquel il est souvent comparé.

Banjo-Kazooie est un succès critique et commercial. Il s'est écoulé à plus de 1,8 million de copies aux États-Unis et plus de 405 000 unités au Japon. Il est apprécié par la presse spécialisée pour la qualité de ses graphismes et de sa bande-son. En 1999, Banjo-Kazooie reçoit deux prix de la part de l'Academy of Interactive Arts and Sciences dans la catégorie des meilleurs jeux d'action de l'année sur console et des réalisations exceptionnelles en art ou graphisme. Le jeu est réédité sur Xbox Live Arcade en 2008 sur Xbox 360, puis en 2015 sur Xbox One dans la compilation Rare Replay. C'est le premier opus d'une série de jeux vidéo prolifique comportant plusieurs suites telles que Banjo-Tooie et Nuts and Bolts, et des jeux dérivés tels que La Revanche de Grunty et Banjo-Pilot.

Samedi 10 février 2018

Selle tchèque bai en compétition de saut d'obstacles.

Le Selle tchèque (tchèque : Český teplokrevník) est une race de chevaux de sport de la République tchèque. Formée dans les années 1960 à partir de croisements sur un cheptel originellement ibérique et oriental, elle est alors connue sous le nom de « Selle tchécoslovaque », et surtout élevée en Bohême et en Slovaquie. Ce cheval montre l'influence de très nombreux demi-sangs européens, en particulier de l'Oldenbourg, du Holsteiner et du Hanovrien. Destinée originellement à la cavalerie militaire, la race est réorientée vers les sports équestres. Avec l'éclatement de la Tchécoslovaquie, elle se sépare en deux branches, le Selle tchèque et le Selle slovaque. Le studbook du Selle tchèque ouvre en 1995.

Il présente un modèle variant de léger à lourd, avec une morphologie typique des chevaux de sport européens, de grande taille et de constitution solide, montrant parfois l'ascendance des chevaux arabes. La race est sélectionnée par indices génétiques, sur la base de ses performances sportives, sous la supervision de la Svaz chovatelů českéhoteplorevníka (SCHČT), l'association des éleveurs de chevaux Selle tchèque. Destiné aux sports équestres, il est largement utilisé comme cheval de loisir et d'instruction dans les centres équestres tchèques. Environ 18 000 sujets sont répertoriés en République tchèque en 2015. La race s'exporte vers quelques pays européens, mais elle reste peu diffusée.

Dimanche 11 février 2018

Ponca photographié par Frank Rinehart en 1898.

Les Poncas sont un peuple amérindien d'Amérique du Nord vivant dans les États actuels du Nebraska et de l'Oklahoma.

Ils font partie de la branche des Dhegihas qui forment avec entre autres les Chiweres et les Winnebagos, l’ethnie Sioux. Originaires de la côte atlantique américaine, les Poncas ont migré au XVIe siècle à l'intérieur des terres pour finalement s'installer entre la Niobrara et le Missouri. Petite tribu, par son nombre d'individus, les Poncas sont néanmoins rentrés dans l'Histoire des Amérindiens d'Amérique du Nord par l’intermédiaire d'un de leurs chefs, Standing Bear, qui, à la fin du XIXe siècle, s'opposa à la politique gouvernementale de déplacement des tribus dans le Territoire indien. En 1879, une cour de justice reconnait qu'« un Indien est un homme », ce qui permet à Standing Bear et les siens de jouir de l'habeas corpus. Une partie des Poncas suivra Standing Bear dans le Nebraska tandis que l'autre restera sur ses terres de l'Oklahoma. Ainsi, la seule ethnie des Poncas forme aujourd'hui deux tribus distinctes : les Poncas du Nord et les Poncas du Sud.

Depuis les années 1980, les deux tribus essaient de renforcer leurs liens afin de faire perdurer leur culture commune.

Lundi 12 février 2018

L'Althing à l'issue des élections.

Les élections législatives islandaises de 2016 (en islandais : Alþingiskosningar 2016) se sont tenues le dans le but de renouveler les 63 sièges de l'Althing, le Parlement islandais. Initialement prévues en , ces élections anticipées sont organisées à la suite du scandale des Panama Papers. Douze partis ont présenté des listes lors de cette élection, dont neuf dans l'ensemble des circonscriptions.

La campagne s'axe principalement autour de la lutte contre l'évasion fiscale, en plein scandale des Panama Papers, la question de l'adhésion à l'Union européenne, les affaires sociales et la reprise du processus d'élaboration d'une nouvelle constitution.

Le Parti de l'indépendance, déjà vainqueur des élections de 2013, arrive en tête et obtient 21 des 63 sièges de l'Althing, suivi par le Mouvement des verts et de gauche qui remporte 10 places. Le Parti pirate, grand favori des sondages, arrive troisième et remporte également 10 sièges, tandis que le Parti du progrès du Premier ministre Sigurður Ingi Jóhannsson n'obtient que 8 places. Suivent le nouveau parti Renaissance (8 sièges), Avenir radieux (4 sièges) et l'Alliance social-démocrate (3 sièges).

À l'issue des élections, le gouvernement Jóhannsson, formé par la coalition du Parti de l'indépendance et du Parti du progrès, perd sa majorité et n'est soutenu plus que par 29 députés, soit 46 % de l'Althing. Le Premier ministre Sigurður Ingi Jóhannsson annonce alors son intention de démissionner. Le président de la République Guðni Th. Jóhannesson demande successivement à Bjarni Benediktsson (Parti de l'indépendance), Katrín Jakobsdóttir (Mouvement des verts et de gauche) et Birgitta Jónsdóttir (Parti pirate) de former le nouveau gouvernement, mais suite à leurs échecs, décide de ne pas donner de mandat et de laisser les différents partis négocier entre eux. Ainsi, après plus de deux mois de discussions, le Parti de l'indépendance, Renaissance et Avenir radieux parviennent finalement à un accord le et le nouveau gouvernement entre en fonctions le avec Bjarni Benediktsson comme Premier ministre.

Mardi 13 février 2018

Le Sacrifice d'Isaac.

Le Sacrifice d'Isaac est un tableau de Caravage conservé à la galerie des Offices de Florence. Il représente un épisode biblique tiré de la Genèse, au cours duquel le patriarche Abraham s'apprête à sacrifier son propre fils Isaac afin d'obéir à l'injonction de Dieu ; mais un ange arrête son geste juste à temps. La scène est représentée à l'extérieur ; il s'agit de l'un des rares paysages peints par Caravage, et c'est d'ailleurs le dernier qu'il représente alors qu'il s'apprête à orienter son style vers des traitements plus sombres et intimistes. Bien que le thème soit déjà bien connu, certains aspects de son traitement pictural offrent une perspective inédite : en particulier, les attitudes du patriarche et de son fils sont tout à fait inhabituelles par rapport à l'iconographie religieuse de l'époque.

Le tableau est une commande du cardinal Maffeo Barberini, qui devient plus tard pape sous le nom d'Urbain VIII. Il s'agit d'une des nombreuses commandes de tableaux religieux que passent à cette époque de prestigieux commanditaires, avides d'obtenir une œuvre du peintre lombard dont la célébrité est devenue considérable à Rome au tournant des XVIe et XVIIe siècles. Toutefois, Le Sacrifice présente de nombreux éléments stylistiques et thématiques qui le distinguent nettement des autres tableaux de chevalet que Caravage produit alors : ces particularités en compliquent la datation précise, qui s'étend selon les auteurs de 1597 à 1603, cette dernière date étant la plus couramment retenue. Après avoir été transmis au fil des siècles au gré des collections de la famille Barberini et de sa branche « Sciarra » en particulier, le tableau est finalement confié en 1917 aux Offices de Florence, où il est conservé depuis.

Une autre version de ce même thème apparaît dans un autre tableau qui appartient à une collection particulière à Princeton (États-Unis) ; toutefois, son attribution à Caravage est loin de faire l'unanimité parmi les historiens de l'art.

Mercredi 14 février 2018

Paco de Lucía en 2007.

Francisco Gustavo Sánchez Gómez, connu sous le nom de Paco de Lucía [ˈpä.ko̞ ð̞e̞ lu.ˈθi.ä], né le à Algésiras (province de Cadix) en Espagne et mort le à Playa del Carmen au Mexique, est un guitariste espagnol.

Il est considéré par plusieurs flamencologues, notamment Félix Grande et Guillermo Castro Buendía, comme le meilleur guitariste de flamenco de tous les temps, et l'un des meilleurs instrumentistes de l'histoire de la guitare. Compositeur prolifique, il a notamment apporté des innovations importantes à la guitare flamenca. Nombre de ses pairs guitaristes se réclament de son influence. Il est le guitariste de flamenco contemporain le plus connu dans le monde. Sa reconnaissance est attestée par les nombreux prix et distinctions qui lui ont été décernés, dont le prix Prince des Asturies des arts, le plus prestigieux d'Espagne, et la médaille d'or du mérite des beaux-arts.

Enraciné dans une longue tradition dont il a su exprimer la quintessence, puis devenu pour le public le plus large la figure principale et la plus universelle du flamenco des dernières décennies, il a pu imposer l'évolution, voire la réforme, qui a porté cet art, pour un temps, sur les devants de la scène musicale internationale, en important de nouveaux rythmes issus du jazz, de la bossa nova ou des musiques caraïbes, de même que des traits empruntés à la musique classique. En témoignent, entre autres, la diversité de ses enregistrements ainsi que ses collaborations avec des musiciens internationaux comme Carlos Santana, Al Di Meola et John McLaughlin, le cinéaste Carlos Saura, et d'autres grandes figures du flamenco telles que Camarón de la Isla, Tomatito et Antonio Gades, avec lesquelles il a modernisé les concepts de base du flamenco originel.

Avec quelques enregistrements novateurs et controversés du cantaor (chanteur de flamenco) Enrique Morente (de la même génération que Paco de Lucía), considérés par certains « puristes » de la tradition flamenca comme « iconoclastes », Paco et Camarón représentent les grands initiateurs du courant flamenco nuevo (« Nouveau flamenco ») de la génération suivante, qui expérimente la fusion avec de nombreuses musiques du monde. Malgré le rayonnement international que Paco de Lucía a donné à sa musique, malgré sa maîtrise de la guitare flamenca dans toute sa dimension traditionnelle, ces puristes ne lui ont jamais pardonné ses ouvertures (au jazz notamment) et estiment qu’il a « trahi » les racines idiomatiques du flamenco originel.

Tout au long de sa carrière, de 1961 à 2014, il a gravé en propre sous son nom 42 disques, et participé à des créations musicales de chanteurs de flamenco ou d'interprètes de genres musicaux très variés.

Jeudi 15 février 2018

L'United SC le jour de la finale de la Coupe Dewar 1902.

L'United Sports Club, abrégé en United SC, est un club de football français fondé en 1894, disparu en 1909 et situé à Paris.

L'United SC fusionne en 1906 avec le Football Club suisse et prend le nom d'United Sports and Swiss Club.

Le club est l'un des premiers clubs de football fondés en France. Créé par des membres britanniques du Standard Athletic Club, il débute ses activités dès la deuxième édition du championnat de France organisé par l'Union des sociétés françaises de sports athlétiques, la première compétition de football en France. Le club se maintient ensuite en première série du championnat de France puis du championnat de Paris lorsque la compétition s'ouvre à la province, et prend de l'importance.

L'United SC termine vice-champion de Paris en 1902 puis remporte la Coupe Dewar 1903. La saison 1903-1904 est la plus aboutie de l'histoire du club. Celui-ci termine champion de Paris et se qualifie pour le championnat de France. L'United SC élimine le Sport athlétique sézannais puis l'Olympique de Marseille, mais échoue en finale face au Racing Club roubaisien, alors double champion de France en titre et favori de cette finale.

Par la suite, le club se fait surtout remarquer pour la violence de ses joueurs, recevant la désapprobation de la presse et de ses adversaires, qui envisagent un temps de le faire exclure de l'USFSA. Relégué en deuxième série à l'issue de la saison 1908-1909, l'United SSC choisit de pas y prendre part et disparait dans la foulée.

Le club, qui a la particularité d'être le premier club parisien qu'ait affronté l'Olympique de Marseille en match officiel, jouait avec un maillot mi-bleu ciel et mi-bleu marine.

Vendredi 16 février 2018

Le prince Nicolas à Thessalonique en 1912.

Nicolas de Grèce (en grec moderne : Νικόλαος της Ελλάδας / Nikólaos tis Elládas), prince de Grèce et de Danemark, est né au palais royal d'Athènes, en Grèce, le et décédé dans cette même ville le . Troisième fils du roi Georges Ier, c’est un membre de la famille royale de Grèce, un militaire et un mémorialiste. Artiste, il écrit plusieurs pièces de théâtre sous le pseudonyme de Markos Maris (Μάρκος Μαρής) et se fait également connaître comme peintre sous le nom de Nicolas Leprince.

Issu d'une famille cosmopolite, le prince Nicolas grandit entre la Grèce, le Danemark, la Russie et l'Autriche. Comme ses frères, il suit une carrière militaire, qui l'amène au grade de colonel, mais se passionne également pour les arts, auxquels il s'initie très jeune. Très proche du futur Constantin Ier, il participe, sous son commandement, aux différents conflits qui opposent la Grèce à ses voisins au tournant du XIXe et du XXe siècle. Comme tous les membres de la famille royale, il est ainsi éclaboussé par le désastre de la guerre gréco-turque de 1897 avant d'être auréolé de gloire après les guerres balkaniques de 1912-1913.

Marié à la grande-duchesse Hélène Vladimirovna de Russie en 1902, le prince a trois filles, prénommées Olga, Élisabeth et Marina. Avec elles, il mène une vie relativement simple, ponctuée de voyages et de cérémonies officielles. Pendant la Première Guerre mondiale, le prince soutient la politique neutraliste de son frère et s'attire ainsi l'ire de l'Entente et de l'opposition vénizéliste. Après le renversement de Constantin Ier en 1917, Nicolas et sa famille sont ainsi conduits à l'exil et trouvent alors refuge en Suisse. Revenus en Grèce en 1920, le prince et ses proches sont à nouveau chassés du pays en 1922 par la Grande Catastrophe, autrement dit par la défaite militaire face à la Turquie de Mustafa Kemal Atatürk.

Après un long séjour en Italie et au Royaume-Uni, Nicolas et sa famille s'établissent à Paris. Tandis que son épouse s'y consacre aux réfugiés russes blancs, le prince pratique la peinture et l'écriture et va même jusqu'à donner des cours de dessin. La chute de la Deuxième République hellénique en 1935 permet finalement à Nicolas et à sa femme de rentrer à Athènes, où ils rétablissent leur résidence principale, en dépit des critiques de l'opposition vénizéliste. Deux ans plus tard, le prince meurt d'athérosclérose et sa dépouille est enterrée à Tatoï.

Samedi 17 février 2018

Frank Bladin en 1943.

Francis Masson Bladin, né le et mort le , est un haut commandant de la Force aérienne royale australienne (RAAF).

Il naît à Korumburra, dans une zone rurale de l'État de Victoria en Australie. En 1920, il obtient son diplôme au collège militaire royal de Duntroon et, après un début de carrière dans l'armée de terre, il est transféré dans la Force aérienne royale australienne en 1923 puis s'initie au pilotage d'avion aux bases aériennes Williams à Victoria. Il occupe alors divers postes d'instructeur avant de prendre le commandement du 1er escadron en 1934. Hissé au rang de wing commander au début de la Seconde Guerre mondiale, il est promu à titre temporaire au grade de air commodore en . Il devient plus tard air officer commanding (AOC) du North-Western Area Command, en , quelque temps après les premiers raids menés par les Japonais sur Darwin, dans le Territoire du Nord. Après avoir conduit quelques offensives aériennes en territoire ennemi, il devient l'une des rares personnalités militaires non américaines à obtenir la Silver Star pour acte de bravoure. En , Bladin est transféré au 38e groupe de la Royal Air Force en Europe, où il est honoré d'une citation militaire. La même année, il est fait commandeur de l'ordre de l'Empire britannique. Promu Air vice-marshal par intérim en 1946, il fait partie des rares officiers supérieurs chargés de restructurer la RAAF après la guerre. Vers la fin des années 1940 et au début des années 1950, il devient successivement chef d'état-major de la Force d'occupation du Commonwealth britannique au Japon, air officer commanding de l'Eastern Area Command (rebaptisé plus tard RAAF Air Command) et enfin air member for personnel. Il est fait chevalier-compagnon de l'ordre du Bain en 1950.

Après avoir pris sa retraite en 1953, il s'installe dans une ferme d'élevage, mais s'occupe encore des anciens combattants jusqu'à sa mort en 1978, à l'âge de soixante-dix-neuf ans. Peu bavard mais autoritaire, Bladin est surnommé « dad » en raison de son dévouement pour le bien-être de ses hommes.

Dimanche 18 février 2018

Premier portrait connu de William Wordsworth à 28 ans, par William Shuter.

Les Poèmes de Lucy (en anglais The Lucy Poems) est une série de cinq courts poèmes composés entre 1798 et 1801 par le poète romantique anglais William Wordsworth (1770-1850). Quatre d'entre eux sont d'abord publiés dans la deuxième édition des Ballades lyriques en 1800, recueil écrit en collaboration avec Samuel Taylor Coleridge (1772-1834), qui constitue à la fois la première œuvre majeure de Wordsworth et marque le début du courant romantique anglais.

Dans cette série, Wordsworth a cherché à écrire des strophes d'une grande pureté stylistique sur ses visions fugitives et abstraites de la beauté, de la nature, de l'amour, du désir et de la mort. Elles sont composées en un temps relativement court pendant un séjour du poète en Allemagne en compagnie de son ami Coleridge et de sa sœur Dorothy. Cependant, l'éloignement de Coleridge, parti pour une autre région moins austère, le plonge dans une profonde tristesse qui aurait été l'une des raisons l'ayant poussé à écrire les Poèmes de Lucy.

Encore que varient les interprétations, le thème principal de l'ensemble semble concerner l'amour du narrateur pour le personnage idéalisé de Lucy, morte dans sa prime jeunesse. L'idée de la mort pèse sur la séquence, l'imprégnant d'une tonalité à la fois mélancolique et élégiaque.

Nul ne sait si la figure de Lucy est inspirée par une personne réelle ou émane seulement de l'imagination du poète ; généralement réservé sur ces poèmes, Wordsworth n'a jamais révélé les détails de son origine ou de son identité. Certains critiques pensent que Lucy s'inspire de Dorothy, tandis que d'autres la considèrent comme un modèle littéraire sur lequel Wordsworth a voulu expérimenter, méditer et réfléchir.

Les Poèmes de Lucy comprennent, dans l'ordre Strange fits of passion have I known (« J'eus plus d'un étrange délire »), She dwelt among the untrodden ways, (« Elle demeurait le long de chemins que nul n'empruntait »), I travelled among unknown men (« Avant de voyager sur terre vers de lointains sommets »), Three years she grew in sun and shower (« Parmi les libres monts, elle grandit à la pluie, au soleil ») et A slumber did my spirit seal (« Un sommeil scellait mon esprit »).

Bien que présentés groupés dans les anthologies modernes depuis sa mort en 1850, Wordsworth ne les a pas conçus ni publiés comme une suite. Dans ses préfaces des éditions de 1798 et de 1800 des Ballades lyriques, il les décrit comme « expérimentaux » et les révise constamment entre 1798 et 1799, modifiant leur visée thématique.

Lundi 19 février 2018

Bagad Cap Caval.

Le championnat national des bagadoù 2016 est la 67e édition du Championnat des bagadoù. La fédération Sonerion organise tous les ans depuis 1949 ces rencontres autour de la musique bretonne jouée en formation bagad. En 2016, elle fête ses 70 ans. Les bagadoù adhérant à la fédération sont classés en 5 catégories : près de 90 groupes sur les 150 répertoriés en France et dans le monde y prennent part, sous forme de concours-concerts, en deux manches pour 73 d'entre eux.

Cette édition a débuté le , à Brest, par la première manche du championnat de première catégorie et s'est terminée le , à Lorient, lors du festival interceltique de la ville. Elle voit le Bagad Cap Caval sacré champion de Bretagne pour la deuxième année consécutive et la cinquième fois de son histoire.

Mardi 20 février 2018

Monsieur Chouchani (en hébreu : מר שושני) est un rabbin, philosophe, talmudiste et maître à penser juif né à la fin du XIXe siècle (peut-être le 9 janvier 1895) dans un lieu inconnu et mort à Montevideo le 26 janvier 1968 (le 26 Tevet 5728 dans le calendrier hébraïque). Son activité se déroule avant, pendant et après la Seconde Guerre mondiale, où de nombreux rabbins, philosophes et écrivains, comme Léon Askénazi, Emmanuel Levinas, Raymond Cicurel ou Élie Wiesel, se réclament de son enseignement. Partant, il est considéré comme une figure majeure de la vie intellectuelle juive du XXe siècle.

Comme il aime à cultiver le secret, la date et le lieu de sa naissance ainsi que ses aléas avant les années 1930 demeurent largement inconnus. De fait, « Chouchani » semble n'être qu'un pseudonyme qu'il se serait choisi, et ses disciples et les enquêteurs ne peuvent qu’émettre des conjectures sur sa véritable identité. Ainsi, les noms de Mordechai Rosenbaum, Hillel Perlman ou Bensoussan ont été proposés mais les recherches récentes tendent à privilégier la piste Hillel Perlman. Sa mémoire prodigieuse est en revanche attestée, ainsi que l'étendue de ses connaissances, qu'elles concernent le Talmud, la philosophie ou les sciences comme les mathématiques et la physique nucléaire.

La fascination qu’il exerce par ses capacités intellectuelles et le mystère qu'il entretient autour de sa personne contribuent à faire de Monsieur Chouchani une légende de son vivant et plus encore après sa mort.

Mercredi 21 février 2018

Mairie de Mayrac.

Mayrac (prononcé /mɛjʁak/) est une commune française, située dans le département du Lot en région Occitanie. Mayrac est comprise dans l'ancienne province du Quercy, plus précisément dans le Haut Quercy, sur le Causse de Martel. La plus ancienne mention de Mayrac date de 930, elle a fait partie de la vicomté de Turenne jusqu'au XVIIIe siècle. Après une brève existence pendant la période révolutionnaire, elle a de nouveau été érigée en commune en 1946. Commune essentiellement rurale à l'activité agricole, loin des grands centres, elle a subi près de deux siècles de baisse démographique, mais l'effectif de sa population croît de nouveau au début du XXIe siècle, en particulier du fait de l'attraction de la zone d'emploi de Brive-la-Gaillarde. Elle est intégrée depuis sa création dans la communauté de communes Causses et Vallée de la Dordogne. Mayrac, située au cœur de la région touristique de la vallée de la Dordogne est une villégiature très calme et pourtant très proche de hauts lieux du patrimoine national comme Rocamadour, Padirac, Sarlat, Collonges-la-Rouge, etc.

Jeudi 22 février 2018

Vue générale de la chapelle.

La chapelle Saint-Jean du Liget, ou chapelle Saint-Jean-du-Liget ou chapelle du Liget, est une ancienne chapelle située sur la commune de Sennevières, dans le département d'Indre-et-Loire, en France.

Elle est probablement construite vers le milieu du XIIe siècle bien qu'à quelques décennies près cette datation soit encore discutée, ce qui entretient l'incertitude sur l'ordre monastique, bénédictin ou cartusien, qui l'a fondée. De même, sa dédicace à saint Jean, pouvant s'appliquer à un autre monument, est contestée. Elle est rattachée à la chartreuse du Liget jusqu'à la Révolution française ; c'est alors que, déjà ruinée, elle est vendue à des propriétaires privés puis à l'État. Ce dernier en entreprend la restauration dans les années 1860 après qu'elle est classée au titre des monuments historiques en 1862. La chapelle est la propriété de la commune de Sennevières depuis 2007.

Son plan initial assez peu courant, rotonde précédée d'une nef, la rapproche de l'église du Saint-Sépulcre de Jérusalem telle que les premiers croisés la découvrent. Les parois intérieures de la rotonde de cette chapelle — seule partie conservée du monument qui comportait également une nef — étaient couvertes de fresques polychromes romanes qui représentent, pour celles qui subsistent, des figures de saints et des grandes scènes bibliques du cycle marial. Ce décor compte parmi les ensembles de fresques médiévales les mieux conservés d'Indre-et-Loire, même s'il tend à se dégrader ; c'est pour le préserver que la chapelle est fermée au public, sauf occasions exceptionnelles.

Vendredi 23 février 2018

L'ancienne île de Schokland entourée de terres.

Schokland (prononcé en néerlandais /ˈsxɔklɑnt/) est une ancienne île du golfe du Zuiderzee, située dans la province néerlandaise du Flevoland.

L'ancienne île de Schokland a été un territoire continental occupé avant 10000 av. J.-C. L'endroit illustre la vie entre eau et terre menée par les habitants de la région pendant des millénaires. Les terres ont été grignotées par la mer au fil des siècles, et le territoire est devenu une presqu’île puis une île de plus en plus fréquemment inondée. Des terps, sortes d'élévations artificielles, ont été construits et urbanisés au Moyen Âge pour permettre aux habitants de continuer à vivre, à l'abri de la mer. Des digues et des tranchées ont été réalisées pour tenter de maîtriser la montrée des eaux. En 1859, l'île, devenue trop dangereuse en raison des nombreuses inondations, est évacuée. Au XXe siècle, le golfe du Zuiderzee est asséché, et Schokland est enclavée dans l'espace continental, perdant son statut d'île.

La richesse de son histoire liée à la mer, la présence de nombreux sites archéologiques et la volonté de préserver un site naturel exceptionnel ont permis à Schokland de bénéficier d'une inscription, en 1995, sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO, devenant le premier site néerlandais ainsi distingué. En 2015, l'ancienne île dispose de 4 bâtiments et 6 sites archéologiques inscrits au titre de monuments nationaux.

Samedi 24 février 2018

Portrait de Luigi Boccherini, c. 1764-1767, peinture anonyme, anciennement attribuée à Pompeo Batoni – National Gallery of Victoria, Melbourne, Australie.

Luigi Boccherini (prononcé : [luˈiːdʒi bokkeˈriːni] Écouter), né le à Lucques (République de Lucques, aujourd'hui Italie) et mort le à Madrid (Espagne), est un compositeur et violoncelliste italien de la période classique. Avec Joseph Haydn et Wolfgang Amadeus Mozart, il est considéré comme l'un des plus importants compositeurs de musique de chambre pour cordes de la seconde moitié du XVIIIe siècle.

Créateur à la même époque mais indépendamment de Joseph Haydn, du quatuor à cordes, Boccherini contribue tout au long de sa carrière passée en Espagne à en développer le cadre formel. Sa musique, abondante et régulière, est reconnaissable à sa maîtrise d'écriture ainsi qu'à sa richesse d'invention dans laquelle se décèlent les influences hispanisantes (fandango, séguédille, foliaetc.). Initiateur également de nombreuses œuvres de musique de chambre pour des formations jusqu'alors inédites tels que le quintette à cordes avec deux violoncelles, le quintette avec piano ou encore le sextuor à cordes avec deux altos, le compositeur s'attache dans ces nouvelles formes à en explorer la couleur par le mélange de timbres et d'accords, de trouvailles instrumentales, d'ambiance et de climat sonores faisant de lui l'héritier par certains traits de Vivaldi ou de Corelli.

Un des rares virtuoses du violoncelle de son temps, le compositeur lucquois le « fit apprécier et l'imposa définitivement » (Jean et Brigitte Massin) en France à la fin des années 1760. Boccherini compte à son actif une douzaine de concertos pour violoncelle et orchestre — quantité exceptionnelle pour l'époque — se signalant autant par les exigences techniques demandées à l'instrument, notamment dans le registre aigu, que par un équilibre naturel entre l'orchestre et le soliste.

Longtemps associée à l'image réductrice d'un compositeur de musique de cour (surnommé « la femme d'Haydn » par Giuseppe Puppo), dont le « célèbre menuet » est la parfaite illustration du style galant, la production de Boccherini à l'instar de celle de Mozart est imposante et variée. Son catalogue établi par Yves Gérard en 1969 recense quelque 580 œuvres parmi lesquelles se comptent en nombre, outre la musique de chambre, les musiques symphonique, concertante, vocale (zarzuela) et sacrée (Stabat Mater).

Dimanche 25 février 2018

L'article qui doit apparaître ici n'a pas encore été sélectionné.

Lundi 26 février 2018

L'article qui doit apparaître ici n'a pas encore été sélectionné.

Mardi 27 février 2018

L'article qui doit apparaître ici n'a pas encore été sélectionné.

Mercredi 28 février 2018

L'article qui doit apparaître ici n'a pas encore été sélectionné.