Ruth Perry

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Perry.
Ruth Perry
Illustration.
Fonctions
Présidente du Conseil d'État
de la République du Liberia

(10 mois et 30 jours)
Prédécesseur Wilton G. S. Sankawulo
Successeur Charles Taylor
(président de la République)
Biographie
Nom de naissance Ruth Sando Fahnbulleh
Date de naissance
Lieu de naissance Comté de Grand Cape Mount (Liberia)
Date de décès (à 77 ans)
Lieu de décès Colombus (Ohio)
Nationalité Libérienne
Parti politique Parti national démocrate
Conjoint McDonald Perry
Enfants Georgia Jebbeh Perry
Cecelia Marjon Perry
Diplômé de Université du Liberia

Ruth Perry
Chefs d'État libériens

Ruth Perry, née le 16 juillet 1939 dans le comté de Grand Cape Mount et morte le 8 janvier 2017 à Colombus (Ohio), est une femme d'État libérienne, présidente du Conseil d'État du 3 septembre 1996 au 2 août 1997.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle est née le 16 juillet 1939 dans le comté de Grand Cape Mount, et est la fille de Marjon et AlHaji Semila Fahnbulleh. Elle étudie dans une école catholique romaine pour filles à Monrovia, dirigée par des religieuses. Puis elle est diplômé du Teachers College de l'université du Libéria. Elle enseigne ensuite dans le primaire dans le comté de Grand Cape Mount. Perry est alors membre du Parti national démocrate du Liberia. Elle est appelée à la tête du Liberia après la destitution et le meurtre du président Samuel Doe, et la fin de la présidence d'Amos Sawyer. Elle est la première femme africaine à diriger ce pays[1],[2].

En fait, elle dirige un Conseil d'Etat, qui tient lieu, temporairement, de présidence collégiale[1]. Ce Conseil d'État comprend notamment comme membres Charles G. Taylor, membre du Mouvement de libération du Liberia, ainsi que le démocrate Alhaji Kromah, George Boley, du Conseil de la Paix du Liberia, et deux autres civils.

À la suite des élections tenues en juillet 1997, elle transmet le pouvoir à Charles G. Taylor le 2 août 1997[2]. Celui-ci quitte le pouvoir en 2003 et est accusé de crimes contre l'humanité. A partir de 2006, le Liberia a une autre femme à sa tête, Ellen Johnson Sirleaf, première femme africaine élue démocratiquement.

Elle meurt à 77 ans, chez son fils, Ralph Perry, à Colombus, dans l'Ohio, en janvier 2017[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Thomas Sotinel, « Les femmes de Monrovia attendent la présidente du Liberia », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  2. a, b et c (en) Rodney D. Sieh, « Death of Matriach: Ruth Perry, Former Liberian Leader Dies », Africa Online,‎ (lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]