Pierre Pincemaille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pierre Pincemaille
Nom de naissance Pierre Marie Pincemaille
Naissance
Paris 17e (France)
Décès (à 61 ans)
Suresnes
Activité principale improvisateur, organiste, professeur
Activités annexes professeur au Conservatoire national de Paris
Ascendants Émile Belot
Distinctions honorifiques Chevalier des Palmes académiques
Chevalier des Arts et des Lettres
Chevalier de l'ordre de Saint-Grégoire-le-Grand
Site internet http://pierrepincemaille.fr/

Pierre Pincemaille, né le dans le 17e arrondissement de Paris et mort le à Suresnes, est un organiste français, titulaire des grandes orgues de la basilique Saint-Denis.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Pierre Marie Pincemaille est né à Paris, dans le 17e arrondissement, le . Son père était ingénieur polytechnicien.

Il compte au nombre de ses ancêtres, Joseph-Émile Belot (1829-1886), historien, et son fils Émile Belot (1857-1944), historien.

Pierre Pincemaille épouse en 1991 Anne-France Gaudillat. De cette union naissent trois enfants[1].

Il meurt le à l'âge de 61 ans à l’hôpital Foch de Suresnes (Hauts-de-Seine)[2], [3],[Note 1].

Formation[modifier | modifier le code]

À l’initiative de ses parents, Pierre Pincemaille commence l’étude du piano en 1965. Il découvre l’orgue en 1968, en grande partie grâce à son oncle, le père Paul Pincemaille, eudiste, économe au Collège Saint-Sauveur de Redon (Ille-et-Vilaine), qui est lui-même organiste amateur[4].

Il est diplômé du Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris où il obtient cinq premiers prix (en harmonie, contrepoint, fugue, orgue et improvisation) dans les classes d'Henri Challan, Jean-Claude Raynaud, Marcel Bitsch et Rolande Falcinelli[1].

Contrairement à ce qui se dit parfois, il n'a jamais été élève de Pierre Cochereau[5].

Prix[modifier | modifier le code]

Entre 1978 et 1990, il remporte cinq grands prix de concours internationaux :

  • 1978 - Premier prix du concours international d'improvisation de Lyon
  • 1987 - Grand prix du concours européen d'orgue de Beauvais
  • 1989 - Premier prix du concours international d'improvisation de Strasbourg
  • 1989 - Grand prix du concours international d'improvisation de Montbrison
  • 1990 - Grand prix d'improvisation au Grand Prix de Chartres

Il entame ensuite une carrière de concertiste international.

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Interprète[modifier | modifier le code]

Pierre Pincemaille est reconnu pour ses talents d'interprète et d'improvisateur. Le , il est nommé titulaire de l'orgue Cavaillé-Coll de la basilique Saint-Denis (cathédrale depuis 1966)[1], orgue dont il a été le seul organiste durant trente ans, se qualifiant de « Seul maître à bord après Dieu, et heureux de l’être ! »[6].

Pierre Pincemaille a réalisé de nombreux enregistrements, parmi lesquels plusieurs disques d'improvisations, l'intégrale des œuvres de Maurice Duruflé et de César Franck, ainsi que les dix symphonies de Charles-Marie Widor et les œuvres de jeunesse d'Olivier Messiaen[7].

Professeur[modifier | modifier le code]

Il est professeur de contrepoint au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris, d'improvisation à l'orgue au conservatoire à rayonnement régional de Saint-Maur-des-Fossés et d'harmonie et de contrepoint au conservatoire à rayonnement départemental (CRD) de Saint-Germain-en-Laye.

Compositeur[modifier | modifier le code]

Il a écrit Prologue et Noël varié (œuvre pour orgue)[8] et un Ave Maria pour chœur à quatre voix mixtes à cappella.

Lors du festival « Les heures d'orgue » de Chamonix-Mont-Blanc, le , Pierre Pincemaille joue pour la première fois le poème symphonique qu'il a composé en sept tableaux autour de cette commune : l'aiguille du Midi, l'Arve, le col du Brévent, la Mer de Glace, la vallée de Chamonix, le lac Vert, le mont Blanc[9]. C'est dans ce même cadre qu'il joue de nouveau ce poème symphonique le , les sept improvisations sont faites sur des photos dues à la photographe chamoniarde Monica Dalmasso[10],[11].

Décorations[modifier | modifier le code]

Pierre Pincemaille est chevalier de l'ordre des Palmes académiques, chevalier de l'ordre des Arts et des Lettres et chevalier de l'ordre de Saint-Grégoire-le-Grand (2007).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La cérémonie religieuse se déroule à l’église Saint-Martin d'Herblay le , suivie le lendemain de l'inhumation au nouveau cimetière de Tréflez dans le Finistère[2].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Who's Who in France, édition 2008, p. 1784.
  2. a et b « Pierre Pincemaille (8/12/1956 – 12/01/2018) », sur le site de Pierre Pincemaille, (consulté le 12 janvier 2018).
  3. Marie-Aude Roux, « Pierre Pincemaille, une vie à la tribune de Saint-Denis », sur le site du quotidien Le Monde, (consulté le 17 janvier 2018).
  4. Dossier de presse, Saison musicale Marseille Concerts 2010-2011, p. 21, [lire en ligne].
  5. À propos de Pierre Cochereau et de la cathédrale Notre-Dame de Paris, in Pierre Cochereau, Éditions Zurfluh, 1999.
  6. Michel Roubinet, « Une interview de Pierre Pincemaille, organiste – Saint-Denis se mérite », (consulté le 13 janvier 2018).
  7. France Orgue Discographie détaillée de Pierre Pincemaille, établie par Alain Cartayrade.
  8. Pierre Pincemaille, À PROPOS DE LA COMPOSITION, février 2007, [lire en ligne].
  9. Programme remis à cette occasion à Chamonix-Mont-Blanc, explications données par Pierre Pincemaille pour chaque tableau.
  10. Chamonix-Magazine août-septembre 2017, page 84.
  11. Monica Dalmasso.