Maghaweir Al-Thawrah

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Maghaweir Al-Thawrah
Image illustrative de l'article Maghaweir Al-Thawrah

Idéologie Nationalisme syrien
Objectifs Expulsion de l'État islamique de la Syrie
Renversement du régime baasiste de Bachar el-Assad
Statut Actif
Fondation
Date de formation
Pays d'origine Syrie
Organisation
Chefs principaux • Muhannad al-Talla
Membres 300[1]
Fait partie de Flag of Syria 2011, observed.svg Armée syrienne libre (depuis 2015)
Front de l'authenticité et du développement (2015-2016)
Soutenu par États-Unis, Jordanie, Royaume-Uni
Guerre civile syrienne

Maghaweir Al-Thawrah (arabe : مغاوير الثورة, « Les commandos de la Révolution » ) est un groupe rebelle de la guerre civile syrienne fondé le sous le nom de Nouvelle Armée syrienne (NAS) (arabe : جيش سوريا الجديد, Jaych Suriya al-Jadid), avant d'être dissout, reformé et rebaptisé en décembre 2016.

Drapeaux et logos[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Fondation[modifier | modifier le code]

La Nouvelle Armée syrienne commence à être formée le [2]. Elle annonce sa création dans une vidéo publiée le . La plupart de ses membres sont des rebelles originaires du gouvernorat de Deir ez-Zor chassés de la région par l'État islamique en 2014, lors de l'Offensive de Deir ez-Zor. La NAS annonce son intention reprendre l'Est de la Syrie à l'EI. Le mouvement est formé en Jordanie, mais ses combattants regagnent rapidement l'intérieur de la Syrie[3],[4].

La Nouvelle armée syrienne est dissoute en 2016 et se reforme en décembre de la même année dans l'Armée des commandos de la Révolution (« Maghaweir Al-Thawrah »)[2],[5],[6],[7].

Affiliations[modifier | modifier le code]

La Nouvelle Armée syrienne est affiliée à l'Armée syrienne libre[8]. Elle intègre le Front de l'authenticité et du développement[3],[4],[9], mais en est cependant exclue le [10].

Organisation[modifier | modifier le code]

Commandement[modifier | modifier le code]

Le groupe est commandé par le lieutenant-colonel Muhannad al-Talla[2].

Effectifs[modifier | modifier le code]

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme, la Nouvelle Armée syrienne compte 125 hommes qui sont entraînés par les Américains et les Britanniques dans un camp de la coalition en Jordanie[11],[12]. Pour l'universitaire Fabrice Balanche, le groupe compte quelques centaines de combattants[13]. Le journaliste Michael Weiss affirme quant à lui que la NAS compte 300 hommes[1]. Selon Muhannad al-Talla, le groupe compte 120 à sa fondation, puis en 2017 ses effectifs s'élèvent à plusieurs centaines[2].

Armement[modifier | modifier le code]

Le groupe est soutenu par les États-Unis et a reçu de l'armement américain. Sur des vidéos, ses combattants apparaissent avec des Mk 14 Battle Rifle (en), des mitrailleuses M240 et des mortiers M120[4].

Actions[modifier | modifier le code]

Dès le 15 novembre 2015, la NAS mène une attaque contre le poste-frontière d'al-Tanaf, entre la Syrie et l'Irak, non loin de la Jordanie[4]. L'assaut est repoussé mais le poste-frontière est à nouveau attaqué et pris le soir du 4 mars 2016, par les hommes de la Nouvelle armée syrienne, venus de Jordanie et soutenus par les frappes de la coalition[14]. Le groupe s'établit alors à al-Tanaf et dans le désert de Syrie[2].

Le 16 juin 2016, les hommes de la NAS sont visés par des avions russes à al-Tanaf qui effectuent deux frappes et tuent plusieurs de leurs combattants[11],[15].

Article détaillé : Bataille de Boukamal (2016).

Le , la Nouvelle Armée syrienne mène une attaque pour tenter de reprendre la ville de Boukamal à l'État islamique, mais l'opération échoue[1],[16].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Michael Weiss, They Rescued This Town from ISIS, Then Lost It, The Daily Beast, 1er juillet 2016.
  2. a, b, c, d et e Mohammad Ersan, Syrian rebel commander: 150 US troops at al-Tanf base, Al-Monitor, 1er juin 2017.
  3. a et b Syria’s New Army, BBC, 10 novemvre 2015.
  4. a, b, c et d Sam Heller, Syria's Newest Rebel Army Has Its Sights on the Islamic State, Vice news, 30 novembre 2015.
  5. Ivan Castro, US-backed militants advance deep inside ISIS-controlled Syrian desert, Al-Masdar News, 2 mai 2017.
  6. Cody Roche, Factions Fighting in the Syrian Civil War, Bellingcat, 29 avril 2017.
  7. “Revolution Commando” New Military Formation to fight IS group of Palmyra, El-Dorar al-Shamia, 27 décembre 2016.
  8. (en) The last remaining Pentagon-trained rebel group in Syria is now in jeopardy, The Washington Post, 27 mai 2016.
  9. [1]
  10. Syria rebel coalition cuts ties with US-backed group « Copie archivée » (version du 5 août 2016 sur l'Internet Archive), NOW, 4 août 2016.
  11. a et b Syrie: l'aviation russe bombarde un groupe anti-EI soutenu par les Américains, L'Express, 17 juin 2016.
  12. Amara Makhoul-Yatim, Syrie : attaqué sur plusieurs fronts, l'EI résiste, France 24, 7 juillet 2016.
  13. Charles Thiefaine, « Les membres de la Nouvelle armée syrienne sont bien seuls », OLJ, 30 juin 2016.
  14. Syrie : des rebelles prennent le contrôle d'un point de passage avec l'Irak, AFP, 5 mars 2016.
  15. Sara Elizabeth Williams, Russian air strikes kill Syrian refugees on Jordan border: Rebels, Middle East Eye, 13 juillet 2016.
  16. L'EI repousse une attaque des rebelles syriens à Al Boukamal, Reuters, 29 juin 2016.