Jorge Glas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Jorge Glas
Illustration.
Jorge Glas en 2017.
Fonctions
Vice-président de la République de l'Équateur[N 1]

(4 ans, 7 mois et 9 jours)
Élection 17 février 2013
Réélection 2 avril 2017
Président Rafael Correa
Lenín Moreno
Prédécesseur Lenín Moreno
Successeur María Alejandra Vicuña
Biographie
Nom de naissance Jorge David Glas Espinel
Date de naissance (48 ans)
Lieu de naissance Guayaquil (Équateur)
Nationalité équatorienne
Parti politique Alianza País
Diplômé de université centrale de l'Équateur
Profession ingénieur électronicien

Jorge Glas
Vice-présidents de la République de l'Équateur

Jorge Glas, né le à Guayaquil, est un ingénieur électronicien et homme d'État équatorien, vice-président de la République du 24 mai 2013 au 2 janvier 2018, successivement sous la présidence de Rafael Correa puis sous celle de Lenín Moreno, avant d'être destitué après sa condamnation à six ans de prison pour corruption.

Vice-président de la République[modifier | modifier le code]

Mandat sous la présidence de Rafael Correa[modifier | modifier le code]

Le tandem composé de Glas et du président sortant Rafael Correa est élu lors de l'élection présidentielle de 2013 avec 57,17 % des voix[réf. souhaitée].

Mandat sous la présidence de Lenín Moreno[modifier | modifier le code]

Il est candidat pour le mouvement de gauche socialiste Alianza País à l'élection présidentielle de 2017 aux côtés de son prédécesseur Lenín Moreno[1]. Le tandem en tête du premier tour avec 39,3 % des voix. La Constitution équatorienne prévoyant qu'un candidat peut être élu dès le premier tour si il obtient plus de 40% des voix avec au moins 10% d'avance sur le second et la première de ces conditions n'étant pas remplie, un second tour est organisé[2].

Au second tour, le ticket composé de Lenín Moreno et Jorge Glas est vainqueur avec 51,11 % des voix[3]. Moreno est officiellement proclamé président le 4 avril[4].

Jorge Glas se voit attribuer dès sa prise de fonction le 24 mai, par décret présidentiel, la présidence de deux comités liés à la gestion économique du pays : le conseil sectoriel de la production et le comité pour la reconstruction et la réactivation de la production et de l'emploi pour les zones affectées par le tremblement de terre du 16 avril. Le 22 juin, un deuxième décret le nomme à la présidence du comité exécutif du conseil productif et fiscal[5].

Le 2 août 2017, visé par des accusations de corruption dans le cadre de l'affaire Odebrecht, Glas s'adresse au public dans une longue lettre par laquelle il clame son innocence, annonce qu'il conservera ses fonctions, et attaque très durement le président Moreno, lui rappelant que tous deux ont été élus pour poursuivre la politique initiée par l'ancien président Rafael Correa. Dans cette lettre, Glas accuse Moreno, entre autres, de reconstituer les prébendes du « vieux pays » et de créer un terrain propice à la corruption institutionnalisée[6]. Le 3 août, Lenín Moreno décide de retirer au vice-président Jorge Glas toutes ses attributions[7]. Selon un analyste de la BBC, cette décision est un épisode d'une lutte de pouvoir entre Moreno et Glas, impliquant également l'ancien président Rafael Correa dont les relations avec son successeur n'ont cessé de se dégrader après la prise de fonctions de celui-ci. D'après cet analyste, Correa aurait d'abord envisagé de confier sa succession à Glas, avant de la confier à Moreno qui jouissait d'une meilleure popularité[7]. Glas conserve toutefois son titre de vice-président et certains des privilèges liés à sa fonction (salaire, sécurité personnelle, locaux de la vice-présidence, et droit d'assister aux séances du Conseil des ministres), et demeure le successeur constitutionnel de Moreno en cas de vacance temporaire ou définitive du pouvoir[5].

Le , Glas est arrêté et mis en détention préventive[8]. Le , María Alejandra Vicuña lui succède par intérim[9]. Le , Glas est condamné à six ans de prison par la Cour suprême[10]. Il est finalement destitué le [11],[12], trois mois après son incarcération, après le refus du gouvernement de considérer son absence du pouvoir comme un simple congé[13] et alors qu'une procédure de destitution avait été lancée à son égard le 21 décembre[14]. Une liste de successeurs potentiels doit être soumise par le président au Parlement dans les quinze jours suivant sa destitution, le Parlement étant chargé d'élire un candidat parmi cette liste, à défaut de quoi la tête de liste proposée par le président Moreno deviendrait automatiquement vice-présidente[15]. Le président Moreno a donc présenté le 4 janvier 2018 à l'Assemblée une liste de trois successeurs possibles ; Maria Alejandra Vicuña en occupe la première place, les deux autres candidates étant la ministre des Affaires étrangères María Fernanda Espinosa et la ministre de la Justice Rosana Alvarado[16]. Le 6 janvier 2018, celle-ci est élue vice-présidente par l'Assemblée[17].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Sandra Naranjo assure l'intérim du au et du au . María Alejandra Vicuña assure l'intérim à partir du . Attributions retirées à partir du 2 octobre et mandat suspendu du au .

Références[modifier | modifier le code]

  1. (es) El Telégrafo, « Moreno: "Queridos militantes de Alianza PAIS: acepto" », El Telégrafo,‎ (lire en ligne)
  2. « En Equateur, Lenin Moreno remporte le premier tour de l’élection présidentielle », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne)
  3. Marie Delcas (Quito, envoyée spéciale), « Le socialiste Lenin Moreno remporte la présidentielle en Equateur », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  4. « Équateur : le socialiste Lenin Moreno officiellement proclamé président - France 24 », sur France 24 (consulté le 5 avril 2017)
  5. a et b Estas son las funciones retiradas a Jorge Glas, Lautaro Andrade Castro, Ecuador TV, 3 août 2017
  6. Jorge Glas cuestiona al presidente Lenín Moreno y dice que seguirá trabajando, El Comercio, 2 août 2017
  7. a et b Lenín Moreno vs Jorge Glas: Ecuador en su propio "Juego de Tronos" entre presidente, vicepresidente y expresidente, Matías Zibell, BBC Mundo, 3 août 2017
  8. « Corruption en Equateur: détention provisoire pour le vice-président ».
  9. « Equateur: Moreno désigne un vice-président par intérim ».
  10. Home, « Six ans de prison pour le vice-président de l'Équateur », sur Le Figaro (consulté le 15 décembre 2017)
  11. AFP, « Scandale Odebrecht: déchéance du vice-président d’Equateur confirmée », sur Libération, (consulté le 3 janvier 2018)
  12. Presidente Lenín Moreno confirma cese de funciones de vicepresidente Jorge Glas, El Universo, 3 janvier 2018.
  13. « Six ans de prison pour le vice-président », sur 24heures.ch/ (consulté le 5 janvier 2018)
  14. « Equateur: feu vert à la procédure de destitution du vice-président », sur LExpress.fr (consulté le 3 janvier 2018)
  15. « Scandale Odebrecht: déchéance du vice-président d'Equateur confirmée », sur TV5MONDE (consulté le 5 janvier 2018)
  16. (es) ANDES, « María Alejandra Vicuña encabeza terna para la Vicepresidencia del Ecuador », ANDES,‎ (lire en ligne)
  17. « María Alejandra Vicuña seguirá como vicepresidenta de la República », sur El Comercio (consulté le 6 janvier 2018)

Articles connexes[modifier | modifier le code]