Homoiousisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Homoiousiens)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

L’homoiousisme est une doctrine chrétienne apparue au IVe siècle contestant l'homoousisme, c'est-à-dire la consubstantialité du Père avec le Fils, tel que formulé au premier concile de Nicée.

La théologie nicéenne rencontre une forte opposition sous les successeurs de Constantin Ier. Les anti-nicéens se regroupent alors en trois tendances :

  1. En opposition radicale, les ariens purs sous la direction d'Aetius, Eunome et Eudoxe de Constantinople. Adeptes de l'arianisme primitif, ils professent la doctrine hétérousiate (litt. « autre substance »), déclarant que le Fils est dissemblable en tout du Père, d'où leur nom d'« anoméens » et d'« hétérousiates ».
  2. À l'opposé, le groupe homoiousien (en latin homeousianus, qui donne parfois en français « homéousien »). Il se prétend orthodoxe, mais affirme sa défiance à l'égard de l’homoousios (« consubstantiel »), terme nouveau, non scripturaire, et qu'ils disent imprégné d'une saveur sabellienne ; il offre de lui subsister l’homoiousios, qui signifie seulement semblable en nature au Père.
    Par prévention contre l’homoousios, on voit plusieurs évêques s'y ranger ; saint Cyrille de Jérusalem lui a appartenu longtemps ; nul doute cependant que l'imprécision de l’homoiousios n'a permis aux plus avancés de sous-entendre une certaine subordination du Fils en opposant la similitude de substance (homoiousios, avec la lettre i) à l'identité de substance (homoousios, sans le lettre i).
  3. Entre ces deux groupes, un parti de cour, prêt à toutes les palinodies[réf. souhaitée]. Ses adhérents ont patronné une formule tellement vague qu'elle a pu rallier tous les anti-nicéens. L’homoios a seulement reconnu que le Fils est semblable au Père, ce qu'un arien pur a pu accepter à la rigueur lato sensu. On les a donc appelé « Homéens », ou encore Acaciens, du nom de leur chef Acace de Césarée.

En résumé, quatre termes définissent les partis :

  • homoousiens (nicéens) : favorables à la thèse de la même nature du Fils à celle du Père aussi dit « consubstantialité », en grec : "ὁμοούσιος" homoousios ;
  • homoiousiens : favorables à la thèse de nature semblable du Fils (ou substance) que celle du Père, en grec : "ὁμοιούσιος" homoiousios ;
  • homéens : favorables à la thèse de la ressemblance du Fils au Père, évitant de sonder le mode de cette ressemblance, en grec : "ὅμοιος" hómoios ;
  • anoméens (ou mieux an-homéens): favorables à la thèse de la dissemblance du Père et du Fils (leur ressemblance n'est qu'une façon de parler), en grec : "ἀνὅμοιος" anomois ;

L'homoiousisme est représenté par Basile d'Ancyre, Eustathe de Sébastée et Macédonios Ier de Constantinople.

C'est le terme homoousios qui a été retenu pour exprimer la foi de l'Église, à la faveur des développements théologiques opérés par les Pères cappadociens, dans le troisième quart du IVe siècle.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]