Harakat Cham al-Islam

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ne doit pas être confondu avec Harakat Fajr al-Cham al-Islamiyya.
Harakat Cham al-Islam
image illustrative de l’article Harakat Cham al-Islam

Idéologie Salafisme djihadiste
Objectifs Renversement de Bachar el-Assad
Instauration d'un califat régi par la charia
Statut Fusion au sein du Front Ansar Dine le
Fondation
Date de formation Août 2013
Pays d'origine Syrie
Actions
Zone d'opération Gouvernorats de Lattaquié et Alep
Période d'activité Août 2013 -
Organisation
Chefs principaux • Ibrahim Benchekroun (tué en 2014)
• Mohammed Alami (tué en 2013)
• Ahmed Mizouz
• Abou Mohammed al-Baydawi
Membres 500[1]
Fait partie de Emblem of the Ansar al-Deen Front.svg Front Ansar Dine (2014-2017)
Répression
Considéré comme terroriste par États-Unis
Guerre civile syrienne

Le Harakat Cham al-Islam (en arabe : حركة شام الإسلام, le « Mouvement islamique du Levant ») est un groupe salafiste djihadiste, actif de 2013 à 2016, fondé par des combattants Marocains au cours de la guerre civile syrienne.

Histoire[modifier | modifier le code]

Fondation[modifier | modifier le code]

Le Harakat Cham al-Islam est fondé en août 2013 par trois Marocains, anciens détenus du camp de Guantanamo et vétérans de la guerre d'Afghanistan : Ibrahim Benchekroun, Ahmed Mizouz et Mohammed Alami. Selon le chercheur Romain Caillet, 90 % des combattants du groupe sont Marocains[1],[2],[3].

Le groupe se fait connaître par le rôle qu'il joue pendant l'offensive de Lattaquié en 2013[4], puis à la bataille de Kessab, l'année suivante[3].

Affiliation[modifier | modifier le code]

Le , le Harakat Cham al-Islam s'allie avec trois autres groupes djihadistes — Jaych al-Mouhajirine wal-Ansar, le Harakat Fajr al-Cham al-Islamiyya et le Bataillon Vert — pour former le Front Ansar Dine[5]. Cependant quelques mois plus tard le Bataillon Vert prête allégeance à Jaych al-Mouhajirine wal-Ansar, qui lui-même rallie le Front al-Nosra en 2015[5].

Dissolution[modifier | modifier le code]

Le , les deux derniers mouvements, le Harakat Cham al-Islam et le Harakat Fajr Cham al-Islamiya, annoncent leur fusion complète au sein du Front Ansar Dine[5]. Quelques semaines plus tard, le , le Front Ansar Dine fusionne à son tour avec plusieurs autres mouvements pour former Hayat Tahrir al-Cham[6].

Idéologie[modifier | modifier le code]

Le Harakat Cham al-Islam est salafiste djihadiste et proche d'al-Qaïda[5].

Organisation[modifier | modifier le code]

Commandement[modifier | modifier le code]

Un des trois fondateurs du groupe, Mohammed Alami, meurt dés août 2013[5]. Le chef du mouvement, Ibrahim Benchekroun, dit Abou Ahmad al-Maghrebi, est tué à son tour le 2 avril 2014 lors de la bataille de Kessab, de même que son commandant opérationnel, Abou Safiya al-Masri[3],[7],[2],[5]. Ahmed Mizouz continue d'avoir des responsabilités au sein du groupe mais le commandement passe en 2016 à Abou Mohammed al-Baydawi[5].

Effectifs[modifier | modifier le code]

En 2014, le nombre de ses combattants est estimé à environ 500 hommes[1]. Mais après la mort de son chef fondateur, le groupe se désagrège et bon nombre de ses combattants rallient l'État islamique ou des brigades proches d'Al-Qaïda[2].

Désignation comme organisation terroriste[modifier | modifier le code]

Le mouvement est considéré comme terroriste par les États-Unis depuis le 24 septembre 2014[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]