Groupes spéciaux (Irak)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Groupes spéciaux
Idéologie Islamisme chiite
Objectifs Départ de la Coalition militaire en Irak
Instauration de la Charia
Fondation
Pays d'origine Drapeau de l'Irak Irak
Actions
Mode opératoire Lutte armée, guérilla, attentat
Zone d'opération Sud de l'Irak
Période d'activité 2007 - présent
Organisation
Branche politique Mouvement Sadr
Sanctuaire Sadr City
Groupe relié Armée du Mahdi
Répression
Considéré comme terroriste par Drapeau des États-Unis États-Unis
Guerre d'Irak
Guerre civile syrienne

Les Groupes spéciaux est une désignation donnée par l'armée américaine aux groupes armés insurgés chiites opérant en Irak à partir de 2007 avec le soutien présumé de l'Iran[1] (entraînés et armés par la Force Al-Qods) : il s'agit de la Brigade du Jour promis (en arabe : لواء اليوم الموعود Liwa al-Youm al-Mawud) dirigée par Moqtada al-Sadr[2],[3] du Kataeb Hezbollah[4],[5] et de l'Asaïb Ahl al-Haq de Qais Khazali[6] (qui s'est rendu coupable de l'enlèvement de civils américains[7]), qui ont fait scission de l'Armée du Mahdi à la suite de son démantèlement à la fin de 2008.

Historique[modifier | modifier le code]

  • En , une confrontation militaire aurait eu lieu entre la Brigade du Jour promis et l'Asaïb Ahl al-Haq pour le contrôle de Sadr City, ville dans la banlieue est de Bagdad à majorité chiite, montrant les divisions entre les milices affiliées au mouvement sadriste[8].
  • Le , le général Raymond T. Odierno déclare que l'Iran soutient trois groupes chiites en Irak qui ont tous tenté d'attaquer les bases américaines : les responsables américains pensent que de ces trois groupes, la Brigade jour promis pose la plus grande menace à la sécurité à long terme de l'Irak, le plus important en termes d'effectif et qui reçoit le soutien plus actif de la part de l'Iran[réf. souhaitée].
  • Le , Moqtada al-Sadr décrète l'arrêt des attaques contre les Américains jusqu'à leur retrait à la fin de l'année[9] (opération New Dawn)

Depuis 2013, ces groupes seraient par ailleurs impliqués dans la guerre civile syrienne aux côtés du Hezbollah et du gouvernement de Bachar el-Assad dans la lutte contre l'organisation de l'État islamique[10],[11],[12].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]