Firkatul Ghuraba

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Firkatul Ghuraba
Image illustrative de l'article Firkatul Ghuraba

Idéologie Salafisme djihadiste
Objectifs Renversement du régime de Bachar el-Assad
Instauration d'un califat régi par la charia
Statut Actif
Fondation
Date de formation Juillet 2013
Pays d'origine Syrie
Actions
Zone d'opération Gouvernorats d'Alep et Idleb
Organisation
Chefs principaux Omar Omsen
• Mourad Farès
Membres ~ 100 (en 2013)[1]
~ 40 (en 2014)[1]
~ 50 (en 2016)[2]
Fait partie de Drapeau de l'État islamique État islamique en Irak et au Levant (en 2013)
Flag of the Turkistan Islamic Party in Syria.svg Parti islamique du Turkestan (depuis 2015)
Guerre civile syrienne

Firkatul Ghuraba (la « Brigade des étrangers ») est un groupe salafiste djihadiste formé 2013 lors de la guerre civile syrienne.

Histoire[modifier | modifier le code]

Fondation[modifier | modifier le code]

La brigade commence a être formée en juillet 2013 par Mourad Farès, le lieutenant d'Omar Omsen[1].

Affiliations[modifier | modifier le code]

Initialement, la brigade est affiliée à l'État islamique en Irak et au Levant, mais elle rompt son allégeance fin 2013[1]. Lorsque le conflit éclate entre les rebelles syriens et l'État islamique en Irak et au Levant en janvier 2014, le groupe cherche à rejoindre le Front al-Nosra[1]. Omar Omsen lui prête alors allégeance, mais celle-ci est refusée par Abou Firas al-Souri en raison de l'inexpérience de ses combattants[1]. Le groupe se tourne alors vers le Parti islamique du Turkestan et obtient sa protection[1],[3].

Idéologie[modifier | modifier le code]

Firkatul Ghuraba est salafiste djihadiste et se réclame d'al-Qaïda[1],[3],[4],[2]

Organisation[modifier | modifier le code]

Commandement[modifier | modifier le code]

La brigade est commandée par le franco-sénégalais Omar Diaby, dit « Omar Omsen », et par son bras droit, le franco-marocain Mourad Farès, dit « Abou al-Hassan »[1]. Le premier arrive en Syrie en octobre 2013 et le second dés juillet 2013[1]. Début 2014, Mourad Farès se brouille avec Omar Omsen en lui contestant le commandement de la brigade et en refusant de lui céder le poste d'émir[1]. Isolé et menacé de mort par l'État islamique, il s'enfuit en Turquie et se rend aux autorités françaises à l'été 2014[1].

Effectifs[modifier | modifier le code]

En 2013, Firkatul Ghuraba est la plus importante brigade djihadiste française en Syrie[1]. Elle compte alors une centaine de membres[1]. Hormis quelques Belges et deux Suisses, presque tous sont Français, originaires de Nice pour la plupart[1]. Mais en 2014, un grand nombre font défection pour rejoindre l'État islamique[1]. Vers la fin de l'année, le groupe ne compte plus qu'une quarantaine de personnes, hommes et femmes, très jeunes pour la plupart et sans expérience militaire[1]. En septembre 2016, le Département d'État des États-Unis estime que Firkatul Ghuraba compte une cinquantaine de membres[2].

Zones d'opérations[modifier | modifier le code]

En 2013, la brigade se retrouve basée à Haritan, près d'Alep, mais elle ne participe à aucun combat au cours de cette année[1]. À partir de janvier 2014, elle se retrouve au milieu du conflit opposant les rebelles à l'État islamique en Irak et au Levant, dans lequel elle tente de rester neutre[1]. Cependant, l'État islamique considère Firkatul Ghuraba comme proche du Front al-Nosra, qualifie le groupe d'« apostat » et menace de mort ses chefs[1],[4]. Début 2014, le groupe se déplace vers le gouvernorat d'Idleb[1]. En 2015 et 2016, il participe à la bataille de Sahl al-Ghab, à la bataille de Jisr al-Choghour et aux offensives pour tenter de briser le siège d'Alep[3],[5]. Entre 2014 et fin 2016, Firkatul Ghuraba annonce la mort de six de ses hommes au combat[1],[3].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u et v David Thomson, Les revenants, p. 227-245.
  2. a, b et c Thomas Joscelyn, Al Qaeda-linked foreign fighter recruiter designated by State Department, The Long War Journal, 17 septembre 2016.
  3. a, b, c et d Stéphane Mantoux, Syrie: les djihadistes français d'Omar Omsen combattent aux côtés des Ouïghours du Parti islamique du Turkestan, France Soir, 19 mai 2017.
  4. a et b Eugénie Bastié, Le djihadiste Omar Omsen dit préparer une vidéo sur les attentats de Charlie Hebdo, Le Figaro, 9 février 2015.
  5. « Complément d'enquête. Jihad : les recruteurs », France télévisions, (consulté le 3 janvier 2017)

Bibliographie[modifier | modifier le code]