Brigades de la paix

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Brigades de la paix
Image illustrative de l'article Brigades de la paix

Idéologie Sadrisme, islamisme chiite, nationalisme irakien
Statut Actif
Fondation
Date de formation Juillet 2014
Pays d'origine Irak
Actions
Zone d'opération Irak
Organisation
Chefs principaux Moqtada al-Sadr
Membres 10 000 à 50 000[1]
Fait partie de Hachd al-Chaabi (depuis 2014)
Branche politique Mouvement sadriste
Soutenu par Drapeau de l'Iran Iran
Guerre d'Irak
Seconde guerre civile irakienne

Les Brigades de la paix ou les Compagnies de la paix (arabe : سرايا السلام, Sarāyā al-Salām) sont un groupe armé islamiste chiite irakien, héritières de l'Armée du Mahdi.

Fondation[modifier | modifier le code]

Après la chute de Mossoul, le puissant leader chiite Moqtada al-Sadr décide de remobiliser ses troupes. Les Brigades de la paix sont fondées en juillet 2014, elles sont les héritières de l'Armée du Mahdi et de la Brigade du jour promis[1],[2].

Affiliation[modifier | modifier le code]

Les Brigades de la paix sont un des principaux groupes des Hachd al-Chaabi, formés en Irak le [1].

Idéologie[modifier | modifier le code]

Bien qu'également soutenues par l'Iran, les Brigades de la paix sont moins proches de Téhéran que les autres brigades islamistes chiites d'Irak. Selon Renad Mansour, chercheur à la Fondation Carnegie pour la paix internationale, Moqtada al-Sadr « essaie de jouer un rôle nationaliste pro-Irak pour s'éloigner de l'influence iranienne »[1].

Effectifs[modifier | modifier le code]

Les effectifs des Brigades de la paix sont estimés entre 10 000 et 50 000 hommes en 2015. Il est alors la deuxième milice chiite la plus importante d'Irak après l'Organisation Badr. Le groupe est très implanté à Sadr City, Bassorah et Nadjaf[1].

Actions[modifier | modifier le code]

Lors de la seconde guerre civile irakienne, les Brigades de la paix participent à la bataille de Tikrit[1] et à la Bataille de Mossoul de 2016[3]. Elles interviennent également dans la guerre civile syrienne[4].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Jean-Baptiste Assouad, Les milices chiites irakiennes, ces autres acteurs de la lutte contre l’EI, OLJ, 21 août 2015.
  2. Stephane Mantoux, « Un groupe plus que « spécial » ? Asaib Ahl al-Haq en Irak et en Syrie », sur http://historicoblog3.blogspot.fr/, (consulté le 22 mars 2016).
  3. « Bataille de Mossoul : qui participe à la reconquête ? », sur tempsreel.nouvelobs.com, (consulté le 26 octobre 2016)
  4. Suadad al-Salhy, Iraqi Shi'ite militants start to acknowledge role in Syria, Reuters, 10 avril 2013.